Comment faut-il voir les origines de la ville de Fribourg ?

Avec une remarque étymologique sur les noms de lieux BELSAIX et VARIS.

**********************************************************************

Page d’accueil : www.dillum.ch

******************************************

Les origines de Fribourg et le Bourg

plan : auteur, 1.2019

*********************************************************************************************************************

On sait par le biais du récentisme historique que toute la vieille histoire est fausse. Avant 1800 on ne peut que tâtonner dans le passé, et plus on descend sur l’axe du temps moins on a de certitudes.

Il en est de même pour les origines de la ville de Fribourg. Ce que nous racontent les livres est faux : une  fondation de la ville en «1179 » est absurde, encore plus en « 1157 ».

En analysant des plans, des données archéologiques et le développement des bâtisses et des constructions, on arrive à retracer les grandes lignes des origines de la ville.

Avant tout, il faut savoir que le lieu appelé Fribourg était une ancienne traversée de la Sarine. Là où passe le chemin (voir plan) on peut imaginer des habitations et des fortifications.

Dans le périmètre de Fribourg se trouvaient deux emplacements de châteaux de terre (Erdburgen) : celui sur l’actuelle Place de l’Hôtel de Ville qui a disparu, et celui dans le Bois de Charmettes à Pérolles qui s’est conservé.

La route principale traversait l’actuel quartier du Bourg, devenu plus tard le noyau de la ville.

Il faut aussi prendre en considération la colline de Saint-Michel ou Belsaix, point le plus haut de l'ancienne surface de Fribourg.

Anciennement le terrain de la future ville vers l’ouest était plus accidenté, il y avait plus de ravins qu’aujourd’hui.

Le problème avec les anciens emplacements de fortifications ou d’habitations est que toute trace est rasée par des constructions ultérieures. On ne peut travailler qu’avec des hypothèses.

Sur la colline de Saint-Michel on remarque encore aujourd’hui la forme d’une cloche, employée notamment dans les castra romains du Bas Empire (Brugg, Olten, Soleure, éventuellement aussi Räsch près de Guin).

Quant au Bourg de Fribourg, les renseignements sont plus précis.

On sait que tout le long éperon et plateau du Bourg a été coupé vers l’ouest par un large fossé nommé plus tard le Grabensaal. Celui-ci a une orientation de 54° nord-est, vers le solstice d’été.

L’axe du Grabensaal arrive après 12,2 lieues celtiques au nord-est à l’endroit du Münster de Berne.

A l’emplacement de l’ancienne fortification de la place de l’Hôtel de Ville fut construit un château de pierre : un rempart avec un donjon rectangulaire, la soi-disant Tour d’Autriche.

En même temps le Bourg ouest fut protégé par un mur vers le fossé du Grabensaal.

On peut dater la fin de l’époque « romaine » du Bas Empire avec beaucoup de réserve à 300 ans avant notre époque. Cela marquerait donc le début de la ville existante de Fribourg.

Au début, seule la partie sud du Bourg le long de la Grand-Rue formait une bourgade, noyau de la ville médiévale de Fribourg.

Les fouilles archéologiques devant le chœur de la Cathédrale en 2018 ont mis à jour les restes d’une chapelle avec un cimetière.

À l’origine les chapelles et églises chrétiennes étaient toujours placées Extra muros (hors les murs) dont à Fribourg l’église Notre-Dame et la chapelle mentionnée.

Après environ une génération la ville de Fribourg se développa rapidement. Elle a rasé le Château de la Tour d’Autriche et occupé la partie nord du plateau du Bourg en démolissant la chapelle. Ainsi on a gagné la place nécessaire pour la construction de la cathédrale gothique. L’enceinte du Bourg vers le Grabensaal fut également démolie en créant de l’espace habitable.

Une expansion rapide de la ville de Fribourg commença. Celle-ci alla d’abord vers l’ouest en incorporant la colline Saint-Michel, puis vers les terrains bas : la Neuveville, la Planche Supérieure, la Basse-Ville et le Faubourg du Gottéron.

Peu après la ville a construit la dernière enceinte vers l’ouest dont il  reste des parties importantes vers le nord (Porte de Morat) et le nord-ouest (Tour Thierry ou Tour Henri).

La construction de la Tour Rouge vers le Schoenberg, de la Tour et enceinte de Dürrenbühl vers Bourguillon (Bürglen), de l’enceinte et  Porte de Bourguillon sur Lorette compléta l’ancienne ville de Fribourg.

Le fameux Plan Martini de Fribourg est à situer vers 1770 et montre une ville qui a peu changé d’aspect jusqu’au début du 19ème siècle.

**************************************************

Les noms de lieux BELSAIX et VARIS

Le nom original de la Colline de Saint-Michel est BELSAIX. Cette colline est protégée vers le nord par le ravin qui s'appelle VARIS (forme allemande VALRIS).

BELSAIX est à déchiffrer PLS, avec la suite de consonnes complète NPLS = NEAPOLIS, Naples.

VARIS, c'est VRS, à l'origine VLS = VOLUSIUS, Vésuve.

*******************************************

1.2019